Le peuplement végétal

* Cette introduction est un extrait, mis à jour à chaque version de l'Index, d'un article original de BOULLET V. La Flore vasculaire de l'ïle de la Réunion. Ethnopharmacologia 37 : 13-23.

L'ïle volcanique de la Réunion a surgi relativement récemment des profondeurs océanes, il y a environ 2 millions d'années. Comme celles d'autres ïles océaniques intertropicales, la flore de la Réunion résulte d'une immigration, lente et sélective, et de processus de spéciation qui, bien que récents à l'échelle des temps géologiques, sont à l'origine d'un endémisme important.

Son peuplement végétal s'est appuyé sur les zones continentales les plus proches (principalement Madagascar et Afrique de l'est) qui constituent aujourd'hui encore des réservoirs permanents et fonctionnels de diaspores. La dissémination naturelle des végétaux, faute de moyens propres de locomotion, est obligatoirement passive. L'implantation de végétaux sur une ïle doit donc s'en remettre aux courants marins (voie maritime), aux vents et cyclones (voie éolienne), aux oiseaux (voie animale). Isolée en plein océan Indien, la Réunion, comme Maurice et Rodrigues, les deux autres ïles de l'archipel des Mascareignes, est restée une destination difficile à atteindre.

thepopThespesia populneoides (Roxb.) Kostel., un   arbre des marécages saumâtres et des hauts de plage, resté longtemps méconnu à la Réunion.
 

Au final, une diversité relativement réduite mais une forte endémicité du peuplement végétal naturel constituent les traits dominants de la flore indigène de l'ïle dont l'importance patrimoniale à l'échelle mondiale a été soulignée à l'occasion d'inventaires des zones prioritaires pour la préservation de la biodiversité planétaire. Ainsi, la Réunion appartient à l'un des 34 points chauds (hotspots) de la diversité biologique mondiale (MITTERMAIER & al. 1999 ; MYERS & al. 2000) et à l'un des 234 Centres de Diversité pour les Plantes (WWF & IUCN 1994).

hetriv Heterochaenia rivalsii Badré et Cadet, une campanulacée endémique de la Réunion, égayant les falaises altimontaines de sa floraison spectaculaire.

L'installation durable de l'homme à partir du milieu du XVIIe introduit un volet exotique dans la flore de l'ïle qui prendra progressivement une part de plus en plus importante avec le développement de la société réunionnaise. La large palette des usages (agricoles, forestiers, économiques, médicinaux, ornementaux ...), l'accroissement des échanges de biens et de personnes ont permis l'introduction volontaire ou involontaire de plusieurs milliers d'espèces originaires des régions tropicales à tempérées du monde entier. Le climat très varié de la Réunion a facilité l'acclimatation et la naturalisation d'un grand nombre de ces plantes introduites.